Au jour le jour

Au jour le jour 544

Perpendiculaire et parallèle à mes pensées, ma quantité de conscience se dirige aussitôt vers la mort ou le pire des entretiens.


Plus rien n'est respirable, j'use de l'artifice du survivre, pour organiser ce qu'il me reste de jours à errer et à composer avec toutes les retenues.


Comment éprouver ma lâcheté,si ce n'est en invariant,tout au long ce ce parcours,que mes sensations de traîtrise ont jalonné comme en un bourbier?


La vie n'est remarquée et remarquable que dans la fraude,et ces règles qu'on enfreint,pour entrer de plain-pieds dans une rigidité à haut risque.


Un exclusif de la façade,un pataugeur du dedans,et de l'intégrité,de l'intégrité pour des remous ou de la nausée.

Lire la suite...

 

Au jour le jour 543

Plus je m'adresse à l'être moins je veux devenir.


Vouloir être un tyran, et se faire endormir par la prééminence des glandes.


L'histoire, calamités, persécutions, lourds pressentiments de l'avant et de l'après, c'est-à-dire de notre néolithisme.


Nos convictions nous conduisent aux stigmates, nos à peu près dans la bestialité des victimes imposées.


Aucun rire qui ne nous ait rendu considérables.


Toutes les religions se sont établies dans l'hypothèse d'une veine encore plus grande que celle de la faute.


La vraie littérature n'est faite que de lassitudes et d’écœurements, quant aux autres, qu'elles cheminent tranquillement pour les générations sans histoire.


Tous nos itinéraires se sont établis entre plaisirs et massacres, puis vient la réduction des deux pour aller jusqu'à Dieu.


J'en appelle à l'épreuve pour traverser le temps, et ne plus me trémousser entre digestion et beuverie.


Le dernier mot sera le bon.

J’écris à l’horizontale des mots que j’ai portés debout , de peur qu’ils ne me tourmentent sur les canapés…

Mes démons me méprisent, voilà pourquoi j’y prends garde et les entretiens…

Je fouille dans moi, j’y épouse la lie, la pègre des sentiments avec ses capacités muettes ,je valide aussitôt cette situation dusse je le regretter…

Chacun a dans ses pauses et ses haltes des réflexions sur les plaisirs et déplaisirs de l’existence dont il s’accommode pour n’avoir pas à se prendre d’affection pour le mot « Fin »…

J’ai lu et bu pour renoncer à mes euphories venues de je ne sais où, me voici à présent pratiquant le doute comme un acte naturel et qui ne me désole pas…

Rien que je n’ai voulu garder , si ce n’est mon sort…

De toutes les fois où je suis mort en surface la vie a su lorgner vers mes profondeurs pour s’assurer que mon cerveau gardait ses allures de scaphandrier…

C’est la fureur qui me pousse à vivre, la fureur d’un grand chamboulement, la fureur aussi de divaguer et de m’assurer que cette divagation ne rencontrera aucun obstacle.

Lire la suite...

 

Au jour le jour 542

Communier, communiquer sont deux des penchants du désespoir introspectif.

Rien de ce que j’ai conçu n’a eu de justification, je me figure ce fait comme un bienfait et j’en ris ou j’en pleure selon que je sois sobre ou soûl.

N’étant d’aucun profit j’ai songé m’allonger sur le sable et goûter aux conséquences de mon désarroi.Seul le témoin que je me suis inventé n’a pas donné suite à mes divagations.

Toutes mes échappatoires sont automatiques, c’est ainsi que mes façons se passent de tout commentaire et mes manies tiennent plus de la maladie que de la conviction.

Je n’ai réussi à mépriser qui ne m’ait rendu méprisable à mon tour.

Les évidences sont mon régime.

Tant la vie coule par charité de la matière, tant je me ruine en épanchement qui augmente son flot en m’asséchant.

Si sincère que soit ma misère, elle n’est qu’une pitrerie érigée en indispensable manière de vivre.

Je fouille dans mes souvenirs et me vois biffer une lettre que je n’ai jamais envoyée, et qui aujourd’hui aurait autant d’allant autant de force que si j’y mettais mes convictions et mes épuisements.

Lire la suite...

 

Au jour le jour 541


C'est sur le bassin des femmes qu'on rêve le plus de suicide.


Toutes les pensées qui se dissolvent dans mon cerveau sont des pensées sans écho et que la parole a préféré tenir à l'écart le temps qu'elles aboutissent avec exactitude.


Le langage a toujours le concours des imbéciles, et les imbéciles s’y agrippent sans préparation, piteusement, et cela m’est malaisé.

Je ferme les yeux, je suis marqué par les traits de ceux qui ne sont plus, une misère de plus à ma fidélité.

Suprême mensonge que celui-là « J'en ai marre « » et pourtant on continue à exister.

La violence de ma résignation est à l'origine de mes impropriétés, glaire et glu mêlées, pour une vaine conversation avec Dieu .

Accomplir du dire, s'y accomplir, et n'y trouver que la trace d'une ancienne vibration, qui altère nos voix et nos songes.

La douleur se suffit à elle même, et faute d'être, elle n'en est que davantage.


Comment éprouver ma lâcheté, si ce n'est en invariant, tout au long ce  parcours, que mes sensations de traîtrise ont jalonné comme en un bourbier ?


La vie n'est remarquée et remarquable que dans la fraude, et ces règles qu'on enfreint, pour entrer de plain-pieds dans une rigidité à haut risque.


Un exclusif de la façade, un pataugeur du dedans, et de l'intégrité, de l'intégrité pour des remous ou de la nausée.

Pressenti pour ne pas durer, tous mes suicides reportés n'ont été que de sombres humeurs, de sombres rumeurs aussi, la nostalgie de ceux ci parfois me happe encore, pour me marquer de ruptures et de vacillements.

Lire la suite...

 

Au jour le jour 540

Ce qui produit un bruit faible et de façon irrégulière est la fragrance d'un jouet de bébé qui dirige une partie de son corps soit vers la lumière, soit vers l'ouest où l’on  voit des gens aller  sous le signe brûlant d'un dieu unanime dont les  os sont des fibres et des fifrelins ainsi que des cordes nouées contre ses épaules, cela vaut pour son maintien, en période où les frais bancaires s'élèvent, il sort des devinettes à son gestionnaire et celui-ci devient un ruminant des Andes avec une haute sensibilité et des vêtements masculins, bien qu'il ait la réplique  infantile et mercantile, il reste dans l'intransigeance tel un bavard ou un coupe-faim, puis suit les cours modestes de la bourse dont il dit que c’est le moment de penser à ses liquidités,puis sort de son bureau  tel un athlète pris dans une matière collante.


Recouvrir d’eau les mots de la politesse avec des notes en bouche et sans s'écarter du droit chemin, ceci est d'un ancien caractère qu'on utilisait devant une cathédrale ou un tribunal, là où de vieilles voilures comme autant de percussions résonnaient en interjections puériles, telle glissait tout un bras dans l'oreille de son voisin, ceci n'avait rien à voir avec de l'arithmétique, le bras ne traversa  le crâne, comme quoi l'harmonie est toujours au bon endroit, fort de son droit, l'agitateur part en pas pressés, se dirige avec des bougies en mains vers une casemate où l’on vend des périodiques destinés aux femmes enceintes, chacun dit qu'il s'agit d'un envoyé spécial  qui était venu au bon moment s’enfoncer dans l'air qui ne lui manquait pas, et c'est ce qu'il fit verticalement.

Lire la suite...