Au jour le jour 331

À quoi sert-il d’avoir des lauriers sur la tête si  on nous mène à la croix, et bien sentir bon…


J’ai toujours aimé rogner les mots et les os, tous deux ont un tempérament  bien trempé, surtout les os d’agneau qui sont aussi retors que le mot zeugme ou autochtone, qui n’ont aucun  point commun sinon d’être des mots.


À quoi bon prendre toujours prendre le parti du plus faible, puisqu’il est le plus faible, et bien simplement pour mieux saigner par le bas, par le haut, par là où ça fait le plus mal, le cœur, et si le cœur est une enclume, il supporte le marteau, la frappe, et surtout le terme le plus long,  c’est-à-dire l’infini…


La terre est ronde dit Thomas, Pierre répondit, non la terre est ovale, le nain jaune ajouta, non la terre est plate comme un œuf,  bref, au bout d’un moment tous de s’accorder, après tout les choses sont comme elles sont dites, un point c’est tout...


Chaque été qui suit un été ressemble à un été, et la fourmi qui n’est pas prêteuse le sait, alors elle bosse, elle trime, elle est dans la corvée, la cigale qui se frotte les ailes pour nous enquiquiner avec son beau boucan  est aveugle, elle ne fout rien d’autre, alors vous les non-voyants, foutez nous la paix avec votre façon de tâtonner  le relief et de ne rien commettre d’autre (métaphore)…


Que Dieu pardonne, mais je ne crois pas en lui, et si parfois je le prie, c’est que je l’admets, du moins j’accepte qu’il existe, et ça je ne l’admets pas...

Tandis que je  fabrique une barrique dit le tonnelier, d’autres font des vins qui vieilliront en elles, et ça c’est vraiment de la belle ouvrage, de la belle géométrie.


À quoi jouent lorsqu’on perche un chat dans un arbre, et bien à appeler les pompiers,  les voir monter à l’échelle, il faut se rendre à l’évidence, il y a  en chacun de nous un couillon qui somnole et s’éveille selon les circonstances.

Je cherche le mot recherche  à la page deux cent trente-deux du dictionnaire, le mot n’y est pas, je ahane, je m’alarme, je ne veux pas de la paix sur terre, vous me direz que cela n’a aucun  rapport,  je réponds que les rapports sont toujours trop petits, ou trop étroits pour qu’on les considère autrement que ce qu’ils sont, c’est-à-dire des rapports.


Jean mon ami me dit que l’Apocalypse est un renouveau, je lui réponds que c’est le concept d’un temps où l’on ne comptera plus, Jean est peiné,  je lui ai mis le nez dans la farine, ah le symbolisme c’est quand même un excellent piment.


J’ai torturé la gale, la gale vient d’un pays où l’on écosse les petits pois, dès lors tout devient suspect…

Ma maladie  c’est de me montrer telle que je suis dit la pomme, ronde, craquelée, divine, dorée, rougeâtre,  d’avoir tous les noms du monde, d’avoir tenté Eve, quant à la poire qui a la tête de Louis Philippe on est sur le point  d’enquêter sur ses façons de rire du peuple.


La plus belle de mes pensées est fiévreuse, elle va à cette femme horizontalement réelle, et verticalement debout, si elle revenait à moi je serais dans la valeur et le caractère de la lave et du cratère, de l’eau dans laquelle elle jouera à la sirène, bref je mens comme un arracheur de dents, mais en dehors, lorsque je suis accordé et accoudé au bar et que j’ai le  sentiment que je n’ai plus qu’une heure à  vivre.


J’ai toujours honoré les saints et cela sans motif, et s’il fallut en trouver un, j’aurais opté pour celui qui est là, droit devant moi, j’aspire à ce que l’on me prie…


La solitude du serpent vaut la solitude de l’éléphant qui vaut la solitude du paria, qui vaut la solitude du loriot, qui vaut la solitude du rat ,qui vaut la solitude du ver, bref la solitude n’est ni légère, ni brillante, il en est de même pour la femme qui a de la peine et pour l’homme qui aime cette femme.


Alex fait des axels  à Ixelles Ville de Belgique, la  Belgique a eu très peu de philosophes, Axel n’est pas philosophe, j’en déduis qu’il faut rester à l’écart de ceux-là même qui vendent de la bière sur la paillasse.


La solitude c’est tout toujours pour de la fenêtre qu’on la regarde, lorsqu’on voit le dehors grouiller de ce monde qui ne nous comprend pas,  et s’il nous comprenait,  on ne serait plus seul, cela est  sûr et certain, mais rien ne me dit qu’on ne resterait pas plus malheureux…


Ma voisine plonge toujours ses yeux dans les miens, elle y met de la magnésie et ça adhère, ça adhère si bien  que je reste  des journées entières avec elle dans mon regard,  heureusement qu’il existe l’oubli, ça empêche l’irréparable de se commettre, c’est-à-dire de tomber amoureux, car l’amour quoiqu’on en dise ça un effet sur le corps qui va de l’ascèse à la beuverie, et ça  je n’en veux plus.


J’ai un nom renommé dis-je à Hugo, je suis le fils d'un prince, ah bon répondit Hugo, moi je joue au tiercé depuis l’âge de dix ans, je suis le fils de Pégase , j’ai un chien jaune à mon porteclés, et je t’emmerde, j’en suis resté coi…


Ce qu’il y a de  difficile au travail, c’est l’idée du travail, si on fait abstraction de l’idée du travail .il est  moins central, ça devient une abstraction, vous pouvez donc y aller sans crainte, il n’y aura plus la notion de  corvée, de besogne, vous serez juste un serf mais qui n’en saura rien.


À cinq minutes de poser  une question, je ne la pose plus, la question me  revient en tête deux jours plus tard avec ses galoches, c’était toute question de chouans sur la paysannerie.


À la claire fontaine tu iras te faire foutre par  où ça rentre, et si ça ne rentre pas c’est que tu es à l’étiage, alors tâtonnons les berges pour librement traverser le fleuve des morts avec un nouveau livre, et un nocher plus ivre que nous…


Ceux qui schlinguent sont  ceux qui vivent en  ambassade et en le sachant, les autres sont d’une puanteur proche  de la  psychanalyse, de la syphilis, du prurit d’exister, moi j’ai toujours oscillé entre tout ça, et si je vais à  la déchetterie c’est pour  y balancer tous mes enfants mort-nés qui sont sur des cahiers à deux balles…


Ah la belle idée que la mort lente, comme celle de la chanson,  et si Marianne rencontrait Suzanne, si elles étaient sœurs, iraient elles aux champignons ?

Voyager dans le corps  d’un autre, c’est suspect, mais dans le sien ça l’est  davantage, alors les tickets de la franchise foutez les-vous où je pense, soyons des fantômes, les douaniers n’y verrons que du feu…


La course aux orages avec un  taureau par les cornes, ça ne se fait plus du moins c’est ce qu’on dit, mais la poursuite de la vache folle dans les prés-salés se fait encore, alors laissons tomber les faussaires de la vérité, ce sont des  trous  du cul avec des oreilles percées...