Aphorismes 143

J'ignore si de reculades en reculades, j'ai pu me mettre par là où il fallait, c'est-à-dire dans tous les bourbiers colorés pas mon silence.

Être exige qu’on ressemble  à tout le monde, mais dans l'immédiat et maladroitement.

Preuve en est que la médiocrité n'est pas silencieuse, écoutez-vous.

Dans un territoire aussi vaste que notre cerveau, quel dommage qu'il n'y ait de la place que pour de  la gloriole et des résultats.

J'ai toujours songé que le travail est un bruit confus, penser m’a prouvé le contraire.

Dans mon univers de feutre et de béton, un rétiaire et un césar de bronze se retrouvent face à face .

Soignez  votre style, c'est votre féodalité.

On peut à un idiot pardonner ses maladresses, à un imbécile tout autant, mais pas à une nation.

Si la vie n’était qu'une tâche qui nous est dévolue, être ne serait que fureur.

Jamais je ne me réconcilierai avec ces microbes que sont les humains, et qui m'ont affecté jusqu'à la purulence.

Être demande de souffle mais qui ne soit pas trop brûlant

Nos rêves nous les mettons en carène, ce sont des bateaux qu’il faut nettoyer du pont à la cale.
Toutes les géologies de notre corps sont flottantes, d'où notre goût pour les humeurs et les larmes.

L'homme ignorant sait trop de choses à la fois, voilà pourquoi il n'en dit rien à personne.

Est humble  celui qui a voulu mettre du bonheur là où il y avait de la place pour un moucheron.

La franchise était suspendue à ses lèvres comme un verbe cinglant et qui sentait le renégat.

Le premier des religieux avait-il une prière à son actif ?

Il m'arrive me demander si une idée qui est artificielle est passée par le tamis de mes jugements.

Laissons faire le hasard, le hasard c'est ce qui nous permet de ne pas nous abstenir.

L'amour est le seul sentiment qui transforme  chacun de nous en un chacal, en une biche et inversement.

Le bonheur il arrive toujours du côté où on l'attend le moins, de sa propre famille.
Dans l'alcool tout disparaît, même ce qu'on croit être son identité, ivre, m’en viennent d'autres plus légères ou plus graves.

L‘insolite, c'est lorsqu'on a tout et qu'on garde les yeux ouverts sur la plus petite éclaircie, sur le moindre détail d'un monde qu'on croyait bien plus pauvre.

Deux ingrédients pour bien faire sa vie, se taire, et avoir des illusions.

La vérité des médecins est toujours dangereuse, surtout lorsqu'ils sont sympathiques.

J'ai besoin de me lier à quelqu'un ou quelque chose, une fois lié, je crève des nœuds dont je ne peux me défaire.

Les anges n'ont pas de sexe parce qu'ils ne forniquent pas.

On a fait entrer un dieu dans toutes les religions, en fait Dieu ne se prévaut  d'aucun pouvoir, c'est l'homme qui lui a donné une éternité est une identité afin que l'univers tout entier soit ordonné.

Une des fonctions de l'art, c'est de créer des frictions et des fictions.

J'aime qu'on aime, c'est la plus banale des généralités.

Tous les livres qui nous inspirent ont des formules qu'on retient parce qu'elle nous préparent à de l'humanité.

Je suis d'un monde qui aime les hommes et les dévore.

J'ai observé ma vie comme on observe un insecte à qui on va arracher une aile, je n'ai été qu'un enfant banal et méchant et qui s'attaquait à ce qu'il pouvait.

Je ne tiens pas à me rapporter à ce que je sais, mais à ce que j'ignore.

Le jour où je saurais combien je devrais me persuader de vivre, je le ferais.

C'est parce que chaque être humain est différent, qu’il y a des fâcheux, des incapables, des faux-monnayeurs, des fous, et que je suis au milieu d’eux.

Observons les imbéciles, avant qu'ils ne connaissent  la belle ivresse de quelqu'un qu'on ne reconnaît plus.

L'existence abuse de tant de choses secrètes et incompréhensibles, et que nous ne pouvons qualifier que d’essais.

Une fois encore j'étais un autre, et j'ai traversé ma vie tout comme si j'étais moi.

L'envers du décor on y consent toujours, surtout lorsqu'on sait ce qu'il y a par derrière.

Le manque d'amour n'a pas une couleur dorée.

La vie, voilà comment je la vois, comme un borgne sur les épaules d'un aveugle.

Ce n'est pas parce que mes phrases sont nonsensiques que je ne les comprends pas, qu'elles ne servent pas mes propos.

Je me tais, et je suis effrayant, je parle, je le suis davantage.

Il ne faut pas épouser la vie pour la subir, mais pour la séduire.

En aucun cas je n'ai frappé sur un enfant ignorant, je l'ai juste insulté.

Je ressemble à tous les hommes parce que mon enseignement s'est fait dans la couleur ocre des sales jours d'automne.
Lorsqu’on a admis que tout est admissible, crevons-nous les yeux, l'homme est déjà passé par là.

Sur le manuscrit de l'existence, nous écrivons que nous avons été des ours mal léchés, oui, mais par qui ?

Peu sait cacher ses déceptions, c'est ainsi que chacun se fabrique une mouchette pour étouffer jusqu'à la plus petite de ses flammes.

J'ai intégré la vie comme on entre dans le ventre d'une femme, en me dégonflant.

Les gens nés bien coiffés pourront-ils un jour se passer de la tonsure ?

Lorsque je suis triste par cette nécessité que la tristesse même exige, je suis triste pour tout et pour tous.

Le cœur des femmes il faut le regarder de près, pour y voir la trace, l‘axe exact qui nous y oppose.

Mon ministère et dans la forêt, parmi les êtres et les chênes fiers de leur cécité.

Dans tel ou tel cas, il est conseillé de ne pas se réviser.

Pour le jugement de Salomon en présence d'une femme et d'un yogi.

Ceux qui sont mal élevés, ont une vision terrestre bien précise, Goliath et mort de trop avoir regardé vers le ciel.

On entre dans le cœur d'une femme, comme on entre dans une église, pour prier.

Devant l’âtre, chacun a  besoin d'un tisonnier, mais qui ne soit pas de bois.

Dans les éléments subtils des amours qui se mélangent, il y a toujours l'arôme putride d'une essence qui annonce un départ.

L'habitude a toujours le goût, l'odeur d'une huître sur laquelle on n'a pas mis une goutte de citron.

Quand il y a de la coquetterie dans une réponse, il faut s'en méfier, la bouche de Satan n'est pas loin.

Dans l'écume de la mer autant que dans les nuages, je vois toujours quelqu'un qui fume le calumet de la paix.

Il n'est pas indispensable d'être soi-même pour vivre, il suffit de se ressembler.

Les sentiments m’éclaboussent lorsqu'ils paraissent superbes.

La plupart d'entre nous mord dans n'importe quoi fut il sans dentier.

Écrire vient toujours d'une profondeur d'où s'exhale un parfum qui ne sied  pas à toutes les narines.

Les bons sentiments qu'on le veuille ou non sentent toujours la naphtaline, on les dirait tirés d'un vieux meuble qu'est notre sale carcasse d'humain.

Ce que j'aime partager, c'est tout ce que je n'ai pas admis.

Dès notre premier jour, pourquoi nul ne nous a donné le coup de grâce, nous aurions évité l'homme ?

Il y a tant d'esprits qui voudraient s'envoler, mais restent rivés au sol, lesté par le poids de toutes leurs saloperies.

Tout ce qui est écrit, et qui est sans le suc d'une belle existence, a le goût d'une boisson fermentée qui ne va à aucun palais.

Il faudrait un certificat de bonne conduite pour faire son entrée dans le monde.

Que n'ai-je connu cette plénitude, qui va dans le sens d'un corps, qui aurait pu offrir autre chose que de l'irréfléchi et du démodé? 

Pour une longue vie, soyons des momies dès notre naissance.

Les hommes sont des singes qui montent à cheval, élèvent des chèvres et moutons, et ont des idées de bécasse qui rote.

Quoi que j’ai fait, et qui m'a paru désintéressé, ne prouve pas que j'ai été sain et propre, mais  plutôt un idiot.

 Il y a toujours une idée derrière une idée, c'est la plus belle des visiteuses à domicile.

Certains sont conseillers mais n'ont pas de sagesse, sinon en passant devant une pharmacie, ou en allant chez le psychanalyste.

Sous les coups de tonnerre de sa jalousie, l'homme choisit une victime qui longe les murs.

La chair se nourrit toujours de mots qui sont des clous, et qui font d'elle un Christ qui ne gagnera rien en rédemption.

La grâce est toujours polie par la correction des gens qui en sont pourvue.

Dans l'encrier parfois s’altère la plume qui n'aura pas la tendresse exigée par le papier.

L'homme pense, cimenté par sa chair, son esprit et sa bêtise.